<​

nogah engler

nogah engler, quand les fleurs nous sauvent

née en 1970 en israël, nogah engler vit et travaille aujourd’hui à londres. diplômée depuis 2004 de la chelsea school of art dans la section “fine art", elle a, l'année suivante, présenté une exposition personnelle à la galerie ritter/zamet (londres). elle est représentée par la galerie noga (tel aviv). ses œuvres ont été exposées au musée d'art de tel-aviv, au musée d'art de haïfa, mais aussi dans le cadre de nombreuses prestigieuses manifestations artistiques telles que la beijing biennial (beijing), l'armory show (new york), et la drawing biennial (londres).

 

ces œuvres font partie de la série "tilted", une suite de figures ailées, qui sont à l'origine dérivées de rituels païens se déroulant, encore aujourd'hui, en europe de l'est. les fleurs, réelles ou fabriquées, sont intégrées dans les décorations. comme l'explique d'ailleurs nogah engler à ce sujet: "ma fascination pour les fleurs, dans ce contexte, découle de leur beauté combinée à leur nature éphémère et à la tension entre culture et nature." ses créatures hybrides sont devenues des sortes d'anges, transformation que l'artiste explique par leur quête de beauté et d'harmonie. cette série se veut "un chant de louange pour tout ce qui est complet et raffiné, mais qui conserve néanmoins le souvenir d'un passé destructeur, (...) tout en trouvant du réconfort dans des fragments de beauté vacillante."