<​

roman moriceau

né en 1976 à angers, roman moriceau vit et travaille aujourd’hui à paris. son travail a été consacré à l’occasion de nombreuses expositions personnelles dont : « corrélation » au musée des beaux-arts d’angers en 2013, « smog » à la kunsthaus jesteburg à hambourg en 2015, mais aussi plus récemment avec « mono no aware » à la galerie archiraar à bruxelles en 2017, et « our exquisite replica of ”eternity” » à la galerie derouillon à paris en 2018. un ensemble d’oeuvres de roman moriceau a récemment été acquis par le macval et fait désormais parti de la collection du musée ; il a d'ailleurs été mis en avant lors de l'exposition "le vent se lève" (2020 - 2021).

 

roman moriceau est un artiste plasticien, qui, depuis une dizaine d’années travaille sur le rapport que l’homme entretient à son environnement. il expérimente la fleur sous toutes ses formes pour en questionner la beauté et l'infinie fragilité, comme à travers cette sérigraphie à la colle sur laquelle il a mis de la poudre de cuivre qui lui donne son aspect « pink » irisé. 

débutée en 2015, la série "botanische garten", est issue de photographies prises au jardin botanique de meise, en périphérie de bruxelles, un espace artificiel, une sorte de jungle paradisiaque où se trouvent les vestiges du jardin colonial de léopold ii, qui s’est enrichi par la colonisation du congo. il choisit le cuivre pour son aspect esthétique, et temporel - le cuivre est un matériau qui s’oxyde. mais il y a aussi une dimension plus politique dans le fait qu’une des plus grosses carrières de cuivre est située au congo.