<

gabriel folli

tristan hollingsworth.png

la rose de gabriel folli - inspirée de la “rose für direkte demokratie” de joseph beuys - se détache sur un fragment de visage, autour duquel cohabitent des éléments appartenant à l’environnement quotidien de l’artiste, dont la cathédrale d’amiens au stylo bic sur une page d’agenda de son grand-père. dans son travail, gabriel folli tente de redonner aux images le pouvoir qu’elles ont perdu au fil du temps, sous formes d’essais visuels et textuels, d’installations, de dessins, de collages, de peintures ou de polaroïds.

né en 1990, gabriel folli vit et travaille à amiens. il est diplômé d’un master art théories et pratiques artistiques. son travail a été présenté en france et à l’international dans de nombreuses institutions telles que le heuser art center, peoria (us), le centro de artes uff à niterói (brésil), le musée d’art de toulon, ou encore le bozar – palais des beaux-arts à bruxelles. en 2021, il rejoint la drawing factory, une résidence de six mois à paris.