<

lina benzerti

tristan hollingsworth.png

lina benzerti développe son univers artistique aux beaux-arts de paris depuis 2016 à travers la sculpture et le dessin. elle y découvre aussi la photographie argentique et autres procédés anciens tel que le cyanotype qui tient une place importante dans sa pratique.

ses dessins sont entièrement réalisés à la mine de plomb, dans une "excitation du geste" selon ses mots. Ils se construisent autour d’un vocabulaire précis qu'elle a inventé et qui constituent un langage. Il s’agit de végétations, d’îles et de formes organiques humaines. ces motifs fétiches sont envahis de formes abstraites luxuriantes. celles-ci représentent les sentiments qui reprennent leur droit sur le territoire de la raison à la manière du phénomène de "réensauvagement" qui consiste à recréer des espaces sauvages par réimplantation volontaire.